Prenons l’Assemblée Nationale en 2022!

 

Présentons 577 candidat-e-s “Osg”* aux législatives de 2022!

*OSG: On Se Gouverne!

Le 14 juillet 1789, le Peuple français prenait LA BASTILLE par la force insurrectionnelle! Le 14 juillet 2022, fêtons la prise de l’ASSEMBLÉE NATIONALE par la force des urnes!

Non. L’événement le plus important en 2022 n’est pas l’élection présidentielle!

 

En effet, nous pouvons imposer au/à la Président-e nouvellement élu-e…

Une Cohabitation d’un nouveau genre: la cohabitation avec le Gouvernement du Peuple!

oui, nous pouvons faire “bouger les lignes” en 2022! Mais pas avec la présidentielle...

En France, l’élection présidentielle est cadenassée par les partis et la classe politiques, assez complaisamment servis par les médias.

Par contre, il y aura aussi des élections législatives en 2022. Et là – si nous sommes suffisamment nombreux bien entendu –, nous pourrions bien… créer la surprise!?

En effet, plusieurs chemins sont possibles pour arriver à la démocratie participative semi-directe. Je ne parle ici que des chemins pacifiques et légaux, basés sur un consentement populaire réellement exprimé dans les urnes, bien sûr.

La voie du référendum en est un, mais la “prise” de l’Assemblée Nationale par les urnes en est un autre, tout aussi efficace! (Peut-être même davantage…)

La VI ème république? Commençons par la constituante...

En fait, peu importe le nom qu’on lui donne. Ce qui est certain, c’est qu’il faut avoir le courage politique de marquer le changement de régime. Ne reproduisons pas les hypocrisies du passé.

Le référendum sur le quiquennat présidentiel de 2000 (70% d’abstentions!…), dont les effets sont adroitement combinés à l’élection législative de 2002 nous ont déjà propulsés dans la VIème République en créant, par l’usage qui en est fait sinon de facto, un régime présidentiel. Lier ainsi les deux élections, présidentielle et législative, était, et reste contraire à l’esprit de la Constitution de 1958.

C’est ce qui nous a conduit à la situation actuelle: un Président omnipotent, qui nomme un Gouvernement et un Parlement “à ses ordres”, avec toutes les conséquences que l’on connaît…

Pourtant, RIEN ne nous oblige à donner au Président élu cette majorité parlementaire tant réclamée. Pas même la logique, et encore moins l’esprit de la Constitution de 1958. Selon cette Constitution en effet, le Président n’est pas sensé gouverner mais présider. C’est-à-dire… arbitrer! Arbitrer de façon à assurer l’équilibre entre le pouvoir législatif (le Parlement) et le pouvoir exécutif (le Gouvernement). Et le faire dans l’intérêt de la France, c’est-à-dire de tous les Français, et non d’une minorité d’entre-eux.

Il y a donc violation de la Constitution. “Coup d’État permanent”? En quelque sorte. Mais…, imaginons maintenant, qu’en 2022…

nous élisons 350 ou 400 députés OSG!

Que se passera-t-il alors?

  1. Le Président élu n’aura d’autre choix que de nommer un Premier ministre issu de nos rangs. Il rentre ainsi dans son rôle légitime d’arbitre non partisan. La Constitution de 1958 est respectée et la démocratie y gagne, car…
  2. Le Premier ministre forme un Gouvernement provisoire, qui pour les mois suivants n’aura vocation qu’à assurer le bon fonctionnement de l’État sans rien bouleverser, et…
  3. L’Assemblée Nationale nouvellement élue, donc forte d’une majorité OSG significative, peut se donner pour première mission, (à réaliser dans les 100 jours?): la finalisation de la nouvelle Constitution et la préparation du référendum nécessaire à son [éventuelle] adoption par les Français!
    L’Assemblée Nationale se transformera donc, de facto, en Assemblée Constituante!… et
  4. même les opposants à la démocratie participative semi-directe (les tenants du régime actuel) pourront enrichir la nouvelle Constitution en usant de tous les moyens que leur offre l’actuelle loi constitutionnelle!
Aurons-nous les compétences nécessaires pour être députés?

Deux choses me semblent certaines:

  1. c’est que nous aurons les compétences nécessaires bien au moins autant que nos actuels députés, et
  2. que nous pourrions même avoir, malgré nous le cas échéant, des qualités qu’ils n’ont pas!

En effet, pour les qualités nous aurons l’humilité et le sens du bien commun pour une raison toute simple: si les Français nous élisent, ce sera sur la base de notre proposition de nouvelle Constitution. Or, que dit-elle? Elle dit qu’on ne veut plus de “professionnels” de la politique aux responsabilités; donc: un seul mandat! Ensuite: retour à la vie civile. Point. Ce qui devrait nous éviter de “prendre la grosse tête” et d’être obsédé par notre carrière politique (et celles de nos enfants!…) pour nous concentrer sur ce pourquoi nous aurons été élus: le bien commun (c’est-à-dire, pour nous, le référendum pour la nouvelle Constitution qui seule permettra d’affronter les défis actuels auxquels est confronté le Peuple français et… l’humanité)!

Nous aurons aussi l’intégrité et le sens des responsabilités car l’immunité aura disparue (en tout cas pour les élus OSG, puisque c’est dans notre texte!).

Enfin nous aurons probablement un qualité d’écoute qu’ils n’ont pas. Pourquoi? Et bien justement parce que nous douterons de nos compétences! Dès lors, il nous faudra convoquer les experts. Ils nous faudra apprendre d’eux, et apprendre vite, tout en restant nous-mêmes en charge de la responsabilité décisionnelle.

Mais, puisque nous parlons maintenant de compétences, que croyez-vous qu’ils font aujourd’hui, nos chers députés? Ils convoquent, et ils écoutent les experts! Alors, me direz-vous, quelle différence? Aucune sur ce plan! Ils ne sont pas plus compétents que nous ne le serons

Par contre, ils sont plus obéissants, et solidaires, entre-eux, que nous ne le serons jamais. Plus obéissants quand il s’agit des députés de la majorité présidentielle: il leur suffit de dire “amen” ou “encore plus, encore plus Monsieur le Président!…”. Plus solidaires entre-eux, quel que soit leur “bord”, pour une raison toute simple là encore: ils appartiennent au même monde! Pourquoi un seul d’entre-eux, un seul, voudrait-il changer radicalement ce monde?

Pourrons-nous financer notre campagne législative?

La réponse est:

  • Oui, si nous sommes au moins 100 000 (seulement, en réalité?!) à considérer que la vraie démocratie vaut bien qu’on y consacre au moins 5€ par mois, en commençant mi-2021…
  • Non, si ce n’est pas le cas.

Maintenant, à vous de décider.

Quant à moi, je serai le premier. Et s’il n’en reste qu’un…

 

Faisons circuler nos idées!

Quelle suite ?

Téléchargez la plaquette (.pdf) de 6 bandeaux prêts à imprimer (avec traits de découpe)

Vous avez des idées sur les suites à donner à cette initiative?
Vous souhaitez vous associer à sa réalisation? Contactez-moi!

Oui, Je veux la démocratie participative semi-directe! 

13 + 2 =